Animals (1977)

“Animals” est le premier album que Pink Floyd a enregistré dans son propre studio : les Britannia Row Studios à Londres. Le fait que les installations étaient sous-équipées par rapport aux studios précédents avec lesquels le groupe avait travaillé, pourrait expliquer les 10 mois qu’a duré la réalisation de l’album au cours de l’année 1976.
Bien que l’album comporte cinq pistes, il n’y avait vraiment que deux nouvelles chansons ici. En concert, le groupe avait déjà interprété, dès 1974, “Raving and Drooling”, qui deviendra “Sheep”, et “You’ve Gotta Be Crazy”, rétitré plus tard “Dogs”. Roger Waters a écrit “Pigs (Three Different Ones)”, pour en faire une trilogie animalière, et a également imaginé “Pigs on the Wing”, un numéro acoustique simple et court qui débute l’album, et une version alternative qui le clôt.

Version huit pistes

La version huit pistes sur bande de “Animals” arborait du matériel supplémentaire non disponible sur un autre support. En 1976, le guitariste de session Snowy White a été mis en contact avec le groupe par l’intermédiaire du manager de Kate Bush. Le bruit court que Pink Floyd est à la recherche d’un guitariste pour renforcer son groupe de tournée et qu’il a essayé de contacter White. White a fini par rendre visite au groupe en studio alors qu’il enregistrait “Animals”. Waters a suggéré qu’ils pourraient tout aussi bien le faire travailler sur le champ. Le résultat fut “Pigs on the Wing”. Cependant, au final, la chanson sera divisée en deux parties : La première partie commençait l’album, et la deuxième partie le terminait. Seuls ceux qui ont eu la chance ( ?) d’acheter l’album sur huit pistes ont pu entendre la chanson telle qu’elle a été enregistrée à l’origine, avec les parties un et deux reliées par un solo de guitare envolé offert par White.
La version originale est restée inédite, sauf sur huit pistes, jusqu’en 1995, lorsque White a judicieusement placé la piste non éditée sur son album “Goldtop”, une compilation de certains de ses travaux de session. D’une durée de 3:25, la chanson a été masterisée et remixée à partir de l’enregistrement original de 24 pistes avec l’aide de l’ingénieur du Floyd Andy Jackson.
Avec un thème quelque peu orwellien des gens comme des animaux, l’album “Animals” ne s’est pas fait aimer des conservateurs comme Mary Whitehouse – une figure britannique proche de la majorité morale qui est parodiée dans “Pigs (Three Different Ones)” – surtout lorsque le groupe a utilisé un effet électronique sinistre sur une récitation altérée du 23e psaume pendant “Sheep”.”

Pigs fly

La pochette de l’album, encore une fois réalisée par Storm Thorgerson, Aubrey Powell et d’autres anciens d’Hipgnosis, représente un cochon gonflable de 40 pieds suspendu au-dessus de la Battersea Power Station, à l’extérieur de Londres. Le groupe ne s’est apparemment pas contenté d’utiliser un trucage photographique pour ” dépouiller ” le cochon, et une équipe a donc été constituée pour faire réellement voler le cochon par des filins au-dessus de la centrale électrique en décembre 1976.
En fin de compte, la séance photo durera trois jours, le cochon rompant ses filins le deuxième jour, et dérivant à travers l’espace aérien de l’aéroport d’Heathrow à Londres, avant d’atterrir dans le champ d’un fermier du Kent. Un tireur d’élite avait été engagé pour le premier jour, afin d’abattre le cochon dans le ciel s’il s’échappait. Malheureusement, il n’a pas été rappelé au travail le deuxième jour, pour économiser de l’argent. En fin de compte, la photo du cochon du troisième jour a été combinée avec les cieux inquiétants du premier jour pour créer la couverture, un montage photographique qui aurait pu être fait en premier lieu, sans le temps et les dépenses nécessaires pour faire flotter réellement les porcs.
Peut-être que cela aurait été un peu plus facile si le groupe avait accepté un concept de couverture précoce d’un jeune garçon tombant innocemment sur un couple pendant un moment intime.
Sur une note personnelle, l’une de mes expériences les plus mémorables du Floyd s’est produite en février 1991 lorsque je suis tombé sur la Battersea Power Station en prenant le train pour Londres. À l’époque, j’étais beaucoup moins instruit sur le Floyd, et je n’étais même pas certain que l’installation représentée sur Animals existait réellement. Imaginez ma surprise quand il m’est arrivé de regarder par la fenêtre et de voir ses quatre immenses cheminées de fumée se profiler au loin.

Succès au hit-parade

“Animals” est sorti le 23 janvier 1977. Il débute à la 25e place aux États-Unis le 14 février, et grimpe jusqu’à la deuxième place. L’album a été certifié platine (un million d’unités vendues) en Amérique le 16 avril. Le seul endroit où il a atteint la première place est aux Pays-Bas, le 5 mars. Au total, “Animals” est resté dans le top 40 pendant neuf semaines aux États-Unis, et pendant 27 semaines dans le top 200.
La version que nous jouons sur “Floydian Slip” est le CD remasterisé importé de Hollande en 1994. Le liner contient de nombreuses vues alternatives de la séance photo du cochon volant, ainsi que les paroles complètes.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *