Annulation et retard des vols

Ces graphiques représentent le retard moyen des vols par mois et par jour des 10 plus grands aéroports des USA, à savoir ; Atlanta, Chicago, Dallas, Denver, New York (JFK), Los Angeles, San Francisco, Las Vegas, Seattle et Charlotte.

Analyse des données annuellesEdit

Sur la base des données de retard de vol de 2015, certaines corrélations peuvent être montrées. L’analyse se concentre sur les dix plus grands aéroports américains, ce sont ; Atlanta, Chicago, Dallas, Denver, New York (JFK), Los Angeles, San Francisco, Las Vegas, Seattle et Charlotte. L’analyse des données confirme que la distribution des retards au départ est très similaire à celle des retards à l’arrivée et qu’il existe une forte corrélation entre les deux données. Sont notamment observés le temps moyen de retard par mois et la tendance des retards en fonction des jours de la semaine. On remarque clairement que le retard moyen d’un vol est plus important en février, juin, juillet et décembre. Cela semble être fortement corrélé avec les périodes de vacances. Comme on peut s’y attendre, le mois de septembre présente un retard moyen plutôt faible. On peut en déduire que la probabilité de subir un retard de vol est plus grande au cours des mois susmentionnés. Par ailleurs, les jours les plus chargés en vols sont principalement les lundis, dimanches et jeudis. Le vendredi est également un jour populaire pour prendre l’avion.

Causes de retardEdit

Ce graphique fournit des informations sur la quantité de retards de vols causés par certains facteurs.

Il existe plusieurs causes pour qu’un vol soit retardé. Il est intéressant de regarder les proportions ou les chances de rencontrer un certain type de retard. Plus de la moitié des vols ont tendance à être en retard (ceci en tenant compte des retards mineurs comme les retards de 5 ou 10 min). La plupart des avions sont en retard en raison de problèmes liés au système aérien ou de retards des compagnies aériennes. Ceci est intéressant car cela signifie qu’il s’agit d’un secteur de l’industrie aérienne qui pourrait être optimisé. À l’appui de notre argument, on remarque que les retards les plus faibles sont dus aux conditions météorologiques et aux problèmes de sécurité. Cela nous montre que la sécurité, par exemple, est optimisée à un niveau très élevé et que d’autres types de retards pourraient éventuellement être évités en optimisant l’organisation dans les aéroports ou en établissant un programme de prévention des retards. Les retards dus à la météo sont plutôt rares et ne sont pas des raisons primaires de retard des vols.

PerformancesEdit

Ce graphique décrit la quantité de type de retard ; grand, moyen ou petit, en fonction de certains facteurs comme la compagnie aérienne, la compagnie aérienne de départ, la vitesse du vent et les vacances.

Cette section illustre les performances des compagnies aériennes et des aéroports en matière de ponctualité en 2015, l’accent est mis sur les dix plus grands aéroports des États-Unis, à savoir ; Atlanta, Chicago, Dallas, Denver, New York (JFK), Los Angeles, San Francisco, Las Vegas, Seattle et Charlotte. Les retards sont répartis en trois catégories, à savoir “à l’heure ou petit retard” (jusqu’à 15 minutes de retard), “retard moyen” (15 à 45 minutes de retard) et “retard important” (45 minutes de retard). De cette manière, la représentation graphique est plus compréhensible et il est possible de comparer directement les variables liées aux retards. Comme représenté, on peut observer que les compagnies aériennes qui sont particulièrement performantes en matière de ponctualité par rapport aux autres compagnies aériennes sont Delta Air Lines, American Airlines et Alaska Airlines. Celles qui ont tendance à avoir un retard plus important sont Spirit Airlines, American Southeast Airlines et Frontier Airlines. Même si certaines observations peuvent être faites, on ne peut pas dire qu’une compagnie aérienne est meilleure qu’une autre. Le même type d’analyse peut être effectué pour différents aéroports. Dans ce cas, on peut observer que des aéroports comme New York et Atlanta se distinguent positivement, tandis que celui qui présente la pire fréquence de retards est Chicago. Cependant, les différences sont moins évidentes et, de manière générale, on peut conclure que les compagnies aériennes jouent un rôle plus important que les aéroports de départ. Enfin, les variables météorologiques (humidité, vitesse du vent) et les vacances sont analysées. Après avoir observé que la corrélation entre l’humidité et les retards est presque nulle, on peut remarquer que tant la vitesse du vent que les vacances ont au contraire un certain impact sur les retards des vols.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *