Biographie : Saint Thomas l’Apôtre

Nom syrien, signifiant “jumeau” (Jumeau/Thomas également connu sous le nom de Didyme en grec et Jumeau en français) ; Apôtre de l’Inde ; Thomas le Douteux

Naissance Inconnue
Mort Poignardé avec une lance vers 72. en Inde

Fête – 3 juillet

Saint patron des aveugles (en raison d’une cécité spirituelle occasionnelle) ; des artisans (par exemple, architectes, charpentiers & maçons) ; des géomètres ; et des théologiens

On sait peu de choses sur saint Thomas l’Apôtre. Thomas est probablement né en Galilée dans une famille modeste, mais rien n’indique qu’il était pêcheur. Il était juif, mais il n’y a aucun récit de la façon dont il est devenu apôtre du Christ. Néanmoins, grâce au quatrième évangile, sa personnalité nous apparaît plus clairement que celle de certains autres Douze. Le nom de Thomas apparaît dans Matthieu (10,3), Marc (3,18), Luc (6) et les Actes des Apôtres (1,13), mais dans l’Évangile de Jean, il joue un rôle particulièrement distinctif. Thomas est souvent condamné pour son manque de foi, mais il était tout aussi courageux, prêt à soutenir Jésus dans les moments dangereux. Il recherchait aussi sans relâche la Vérité. Comme un enfant curieux, il posait constamment des questions. Et, sa merveilleuse profession, “Mon Seigneur et mon Dieu”, est la déclaration la plus claire de la divinité de Jésus dans les Saintes Écritures.

Thomas, fidèle disciple
Lorsque Jésus a annoncé son intention de rendre visite à Lazare, récemment décédé, en Judée – à quelques kilomètres de Jérusalem et dangereusement proche pour quelqu’un d’aussi impopulaire que lui – Thomas a dit à ses compagnons de route : “Allons-y nous aussi, afin de mourir avec lui” (Jean 11:16). Lorsque les disciples inquiets ont voulu empêcher Jésus de partir de peur qu’il ne soit lapidé, Thomas, dans un moment de bravoure peu exprimé par les Apôtres avant la Pentecôte, a rallié les autres à rester auprès de leur Maître quoi qu’il arrive.

Thomas, étudiant curieux
Plus tard, en Jean 14, 1-5, c’est saint Thomas qui soulève une objection avant la dernière Cène :

“Que ton cœur ne se trouble pas ; crois en Dieu, crois aussi en Moi. Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures ; s’il n’en était pas ainsi, je vous l’aurais dit ; car je vais vous préparer une place. Si je m’en vais vous préparer une place, je reviendrai et je vous accueillerai chez moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. Et vous connaissez le chemin où je vais.”

Thomas Lui dit : ” Seigneur, nous ne savons pas où Tu vas, comment pouvons-nous connaître le chemin ? ”

Avec l’acuité typique des Douze, Thomas comprend mal la référence de Jésus à Sa mort et à Sa résurrection. La question de Thomas fournit à Jésus l’occasion d’enseigner l’une des vérités les plus profondes et les plus difficiles de son ministère. Jésus dit à Thomas : ” Je suis le chemin, la vérité et la vie ; personne ne vient au Père que par moi. “

Thomas, l’apôtre dubitatif
En dernier lieu, et de façon plus célèbre, on se souvient de saint Thomas pour avoir été absent du Cénacle la première fois que Jésus est apparu aux disciples après sa résurrection. Thomas a rejeté les récits des autres en disant : “Si je ne vois pas la marque des clous dans ses mains, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous et si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas” (Luc 20:25). Huit jours plus tard, Thomas accomplit son acte de foi. Il tomba aux pieds de Jésus et dit : “Mon Seigneur et mon Dieu !” et Jésus répondit : “Parce que tu m’as vu, Thomas, tu as cru. Heureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru” (Jean 20, 25-29). Cet incident a donné naissance à l’expression “Thomas qui doute”.

Thomas, missionnaire réticent
Les récits des activités missionnaires de Thomas ne sont pas fiables, mais le rapport le plus largement accepté soutient qu’il a prêché en Inde, bien qu’il ait été réticent à commencer la mission. Selon les Acta Thomae, les apôtres se sont répartis le monde pour leurs activités missionnaires, et l’Inde est revenue à Thomas. Cependant, Thomas affirmait qu’il n’était pas en assez bonne santé et qu’un Hébreu ne pouvait pas enseigner aux Indiens ; même une vision du Christ ne pouvait le faire changer d’avis. Le Christ est alors apparu à un marchand et lui a vendu Thomas comme esclave pour son maître, un roi qui régnait sur une partie de l’Inde. Selon une histoire, Thomas aurait proposé au roi indien de construire un palais qui durerait éternellement. Le roi lui a donné de l’argent, que Thomas a donné aux pauvres. Lorsqu’on lui demanda de montrer ses progrès, saint Thomas expliqua que le palais qu’il construisait était au ciel, et non sur terre. Finalement, après avoir cédé à la volonté de Dieu, Thomas a été libéré de l’esclavage. Il a planté des graines pour la nouvelle Église, formant de nombreuses paroisses et construisant de nombreuses églises en cours de route.

Aujourd’hui, saint Thomas est vénéré comme l’apôtre de l’Inde. En fait, il existe une population de chrétiens le long de la côte de Malabar, sur la côte occidentale de l’Inde, qui revendique la conversion par saint Thomas. Leur tradition veut qu’il ait construit sept églises, qu’il ait été martyrisé pendant la prière par une lance sur la “Big Hill”, près de Madras, et qu’il ait été enterré à Mylapore, sur la côte est de l’Inde. En fin de compte, les restes de saint Thomas ont été transportés à Ortona, en Italie, où ils résident aujourd’hui.

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *