De The Conversation : Comment un morceau de pain peut-il provoquer une migraine ? | HSC News

La migraine est la troisième maladie la plus répandue dans le monde et provoque la souffrance de dizaines de millions de personnes. En fait, près d’un foyer américain sur quatre comprend une personne souffrant de migraines.

La migraine n’est pas seulement un mal de tête, mais comprend également un ensemble de symptômes associés qui peuvent être débilitants. Il s’agit notamment de nausées, de vomissements, de sensibilité à la lumière et de vertiges. Les gens ont souvent du mal à déterminer ce qui déclenche leurs migraines. Elles peuvent être d’origine environnementale, hormonale, génétique, secondaires à une maladie sous-jacente ou déclenchées par certains aliments, comme le fromage, le vin rouge ou le chocolat. Un aliment qui a fait l’objet d’une grande attention ces dernières années est le gluten – une protéine présente dans le blé, le seigle et l’orge.

Auteur de l’article Lauren Green, DO, RD (Photo/Ricardo Carrasco III)

En tant que diététicien agréé et neurologue certifié par le conseil d’administration spécialisé dans la gestion des maux de tête, je demande souvent à mes patients d’essayer un régime sans gluten.

Maladie cœliaque vs. sensibilité au gluten

Lorsqu’une personne souffre de la maladie cœliaque – un trouble digestif causé par une réponse auto-immune au gluten – il existe un lien évident entre les migraines et le gluten. Le gluten déclenche la libération d’anticorps par les cellules immunitaires pour attaquer les substances que l’organisme considère comme étrangères.

Lorsqu’une personne sans maladie cœliaque mange du gluten, celui-ci passe dans le tractus gastro-intestinal où les aliments sont décomposés et les nutriments absorbés. Dans le cas de la maladie cœliaque, le système immunitaire de cette personne voit le gluten comme une substance étrangère (comme un virus ou une bactérie qui ne devrait pas être là) et l’attaque avec un anticorps spécifique – appelé auto-anticorps sériques transglutaminase (TG) 2 – pour détruire le gluten.

Le problème est que les propres tissus sains de la personne sont détruits dans le processus. En d’autres termes, lorsque les personnes sensibles au gluten en consomment, le système immunitaire voit cette protéine comme un envahisseur et crée des anticorps pour capturer et détruire la protéine. Si la protéine se trouve dans le tube digestif ou a été absorbée par d’autres organes, les anticorps partent à sa recherche et attaquent le tissu qui héberge la protéine de gluten, quel qu’il soit.

Cela déclenche une réaction inflammatoire qui met le corps en état d’alerte qui blesse divers organes sains. Les organes libèrent alors des molécules qui provoquent une fuite des vaisseaux sanguins et libèrent de l’eau, des électrolytes et des protéines dans les tissus et provoquent un gonflement.

C’est une réaction inflammatoire qui affecte tout le corps, pas seulement le cerveau. En plus des maux de tête, elle peut provoquer des symptômes plus larges, notamment des problèmes gastro-intestinaux, de la fatigue et des difficultés d’apprentissage, pour n’en citer que quelques-uns.

Étape par étape, comment le gluten conduit aux migraines

Ces dernières années, les scientifiques ont mieux compris comment et pourquoi les migraines se produisent. La migraine est désormais considérée comme une maladie génétique que l’on retrouve fréquemment dans les familles. Mais le simple fait d’examiner la réponse inflammatoire d’une personne intolérante au gluten ne permet pas de dresser un tableau complet du lien entre le gluten et la migraine.

Le nerf trijumeau innerve trois zones différentes de la tête. (Photo/)

Les premières théories suggéraient que les migraines se produisaient à cause de l’élargissement ou de la dilatation des vaisseaux sanguins. Mais les neurologues réalisent maintenant que ce n’est pas toute l’histoire. Nous savons maintenant que la cascade qui conduit à la migraine implique les nerfs de la voie trigémino-vasculaire (TVP) – l’ensemble des nerfs qui contrôlent les sensations du visage ainsi que la morsure et la mastication.

Lorsque la TVP est activée par la présence de gluten, par exemple, elle provoque la libération de nombreuses substances chimiques, dont l’histamine, une substance que les cellules immunitaires produisent lorsqu’elles répondent à une blessure ou à des événements allergiques et inflammatoires. Les nerfs TVP produisent également un déclencheur de migraine récemment découvert ; une protéine appelée calcitonin gene-related peptide (CGRP).

Lorsque le CGRP est libéré, il provoque la dilatation des vaisseaux sanguins dans les méninges – la couche de tissu qui protège le cerveau. Lorsque les vaisseaux sanguins se dilatent, ils laissent échapper de l’eau et des protéines dans les méninges, ce qui provoque un gonflement et une irritation. Ce gonflement active les nerfs trigéniaux qui relaient des messages à d’autres régions du cerveau, dont le thalamus, ce qui crée la perception de la douleur associée à la migraine.

Au cours de l’année dernière, une nouvelle classe de médicaments a obtenu l’approbation de la FDA pour la prévention de la migraine. Ces médicaments sont appelés anticorps monoclonaux anti-CGRP et se sont révélés être un traitement préventif efficace. Ils empêchent la protéine CGRP d’entrer dans son récepteur.

Que faire des déclencheurs alimentaires

Dans la sensibilité au gluten, ou maladie cœliaque, et la migraine, il y a un processus inflammatoire qui se produit dans le corps. J’émets l’hypothèse que la réponse inflammatoire au gluten facilite l’activation de la voie trigémino-vasculaire, déclenchant ainsi la migraine. Il n’y a jamais eu de grande étude sur la façon exacte dont le gluten déclenche les migraines, et c’est quelque chose que j’espère explorer dans de futures études.

Les déclencheurs de migraines sont variés, mais voici quelques-uns des plus courants. (Photo/)

Typiquement, un déclencheur alimentaire provoquera une migraine dans les 15 minutes suivant l’exposition à cette substance.

Si une personne a un test positif pour la cœliaque, ou l’allergie au blé, alors la réponse est simple : supprimer le gluten de son alimentation. La question se pose donc lorsqu’une personne a un test négatif, faut-il quand même éliminer le gluten ? Cela vaut souvent la peine d’essayer, car il existe une condition appelée sensibilité au gluten non cœliaque.

Si quelqu’un n’a pas la maladie cœliaque mais souffre de symptômes de sensibilité au gluten, un essai d’élimination du gluten est souvent utile pour réduire la fréquence ou la gravité des migraines. La raison que je soupçonne est que l’élimination du gluten réduira les chances d’une réponse inflammatoire qui activera les nerfs du trijumeau et déclenchera la douleur. L’élimination du gluten pour les migraines est encore expérimentale.

En médecine, nous devons traiter la personne dans son ensemble. Cela inclut l’examen des déclencheurs potentiels des maux de tête et faire un régime d’élimination peut être bénéfique. Il y a tellement de produits sans gluten actuellement sur le marché, cela rend l’élimination du gluten du régime alimentaire plus facile.

– Lauren Green, DO, RD, professeur adjoint clinique de neurologie à la Keck School of Medicine of USC

Cet article a été modifié pour clarifier la définition de la maladie cœliaque.

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *