Internet

Les premiers réseaux

Les premiers réseaux informatiques étaient des systèmes spécialisés dédiés tels que SABRE (un système de réservation pour les compagnies aériennes) et AUTODIN I (un système de commandement et de contrôle pour la défense), tous deux conçus et mis en œuvre à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Au début des années 1960, les fabricants d’ordinateurs avaient commencé à utiliser la technologie des semi-conducteurs dans leurs produits commerciaux, et les systèmes classiques de traitement par lots et de partage du temps étaient en place dans de nombreuses grandes entreprises technologiquement avancées. Les systèmes à temps partagé permettaient de partager les ressources d’un ordinateur en succession rapide avec de multiples utilisateurs, en passant par la file d’attente des utilisateurs si rapidement que l’ordinateur semblait dédié aux tâches de chaque utilisateur, malgré l’existence de nombreuses autres personnes accédant au système “simultanément”. C’est ainsi qu’est née la notion de partage des ressources informatiques (appelées ordinateurs hôtes ou simplement hôtes) sur un réseau entier. Les interactions d’hôte à hôte ont été envisagées, ainsi que l’accès à des ressources spécialisées (comme les superordinateurs et les systèmes de stockage de masse) et l’accès interactif par des utilisateurs distants à la puissance de calcul de systèmes à temps partagé situés ailleurs. Ces idées se sont concrétisées dans ARPANET, qui a établi la première connexion de réseau d’hôte à hôte le 29 octobre 1969. Il a été créé par l’Advanced Research Projects Agency (ARPA) du ministère américain de la Défense. ARPANET était l’un des premiers réseaux informatiques à usage général. Il reliait les ordinateurs en temps partagé des sites de recherche soutenus par le gouvernement, principalement des universités américaines, et est rapidement devenu un élément d’infrastructure essentiel pour la communauté de recherche informatique aux États-Unis. Des outils et des applications, tels que le protocole de transfert de courrier simple (SMTP, communément appelé e-mail), pour l’envoi de messages courts, et le protocole de transfert de fichiers (FTP), pour les transmissions plus longues, ont rapidement fait leur apparition. Afin de réaliser des communications interactives rentables entre les ordinateurs, qui communiquent généralement par courtes rafales de données, ARPANET a utilisé la nouvelle technologie de la commutation par paquets. La commutation par paquets prend de gros messages (ou des morceaux de données informatiques) et les décompose en morceaux plus petits et plus faciles à gérer (appelés paquets) qui peuvent voyager indépendamment sur n’importe quel circuit disponible jusqu’à la destination cible, où les morceaux sont réassemblés. Ainsi, contrairement aux communications vocales traditionnelles, la commutation par paquets ne nécessite pas un circuit dédié unique entre chaque paire d’utilisateurs.

Les réseaux commerciaux par paquets ont été introduits dans les années 1970, mais ils ont été conçus principalement pour fournir un accès efficace aux ordinateurs distants par des terminaux dédiés. Brièvement, ils ont remplacé les connexions modem longue distance par des circuits “virtuels” moins coûteux sur des réseaux par paquets. Aux États-Unis, Telenet et Tymnet étaient deux de ces réseaux par paquets. Ni l’un ni l’autre ne prenaient en charge les communications hôte à hôte ; dans les années 1970, c’était encore la province des réseaux de recherche, et cela le resterait pendant de nombreuses années.

Obtenez un abonnement Britannica Premium et accédez à du contenu exclusif. Subscribe Now

DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency ; anciennement ARPA) a soutenu des initiatives de réseaux par paquets basés au sol et par satellite. Le système de radio par paquets au sol fournissait un accès mobile aux ressources informatiques, tandis que le réseau de satellites par paquets reliait les États-Unis à plusieurs pays européens et permettait des connexions avec des régions très dispersées et éloignées. Avec l’introduction de la radio par paquets, il est devenu possible de connecter un terminal mobile à un réseau informatique. Cependant, les systèmes de partage du temps étaient encore trop volumineux, peu maniables et coûteux pour être mobiles ou même pour exister en dehors d’un environnement informatique contrôlé. Il existait donc une forte motivation pour connecter le réseau de radiocommunication par paquets à ARPANET afin de permettre aux utilisateurs mobiles équipés de simples terminaux d’accéder aux systèmes à temps partagé pour lesquels ils avaient une autorisation. De même, le réseau satellitaire par paquets a été utilisé par la DARPA pour relier les États-Unis à des terminaux satellitaires desservant le Royaume-Uni, la Norvège, l’Allemagne et l’Italie. Ces terminaux devaient toutefois être connectés à d’autres réseaux dans les pays européens afin d’atteindre les utilisateurs finaux. C’est ainsi qu’est apparue la nécessité de connecter le réseau satellitaire par paquets, ainsi que le réseau radio par paquets, à d’autres réseaux.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *