Les 20 meilleurs aliments de Belgique (avec des photos !)

Posé le 15 septembre 2020
par Matthew De Cae
Catégories :
  • Nouvelles de l’industrie alimentaire
  • Tendances alimentaires

Frites, bière et chocolat… difficilement un trio d’aliments qui découperait la première page du magazine Weight Watchers. Bien qu’indéniablement à l’avant-garde de l’œil culinaire du public, la cuisine belge s’enorgueillit d’un large éventail d’expériences savoureuses que l’on peut résumer par l’expression “quantité allemande mélangée à la qualité française”.

Dans un passé récent, les doutes ont été nombreux sur l’intégrité nationale du pays, plus particulièrement mis en évidence par les divergences socioculturelles entre la Wallonie (sud) et la Flandre (nord). Et dans un pays où l’art du consensus diplomatique est largement acclamé, il semble que la nourriture et les boissons soient tout sauf une cause de division.

Voici les 20 meilleurs aliments de Belgique. C’est parti !

Frites belges

Frites belges ; Crédit photo : Gav`s kitchen

Certaines choses n’ont pas de sens. Alors nous terminons cet article sans une mention honorable sur ce dont les Belges sont sans doute le plus fiers (à part la bière et le chocolat, évidemment). Alors que le terme “frites” s’est en quelque sorte établi dans le jargon culinaire du monde entier, il semble que même les Français devraient admettre qu’en vérité, rien ne vaut la variante belge.

Qu’est-ce qui rend la “puce” belge si unique ? C’est là que réside un secret que le monde ne parviendra peut-être jamais à découvrir. Ce que nous savons, c’est que, pour commencer, les pommes de terre sont frites deux fois dans des délais stricts et délibérés. La première friture donne aux frites leur tendreté. La deuxième phase, juste avant le service, crée la couleur dorée et le croustillant inimitable. Dans l’ensemble, on peut dire que la frite belge est un accompagnement inégalé de presque tous les plats belges.

Lapin à la Gueuze (Gueuze Rabbit)

Lapin à la gueuze ; Crédit photo : Bruxelles.Life

En 2016, la bière belge a été ajoutée à la liste du patrimoine culturel immatériel (PCI) de l’UNESCO. La Gueuze, une bière lambic caractéristiquement sèche et cidricole, constitue la base d’un plat mieux adapté aux conditions hivernales. Le lapin braisé est garni de céleri rave, d’oignon et de moutarde à l’ancienne, ce qui renforce le sentiment d’appartenance à la saison. Les accompagnements les plus pertinents comprennent des pommes de terre en purée ou du pain croustillant.

Stoemp

Stoemp ; Crédit photo : Simon Aughton

Traditionnellement considéré comme un accompagnement du hachis frit, du boudin frit, du lard grillé ou même de l’entrecôte, le Stoemp est la version bruxelloise du plat classique néerlandais, le stamppot. Un mélange parfait de purée de pommes de terre et d’autres légumes racines, auxquels s’ajoutent de la crème, de l’oignon (ou de l’échalote), des herbes, des épices et du lard.

Boulets à la Liégeoise

Boulets à la liégeoise ; Crédit photo : ELIZABETH’S KITCHEN DIARY

Le boulet à la liégeoise est la représentation idéale de la façon dont certaines recettes peuvent varier même d’un foyer à l’autre. La base de cette spécialité consiste néanmoins en une ou deux grosses boulettes de viande assemblées à partir d’un subtil mélange de porc, de veau, de viande hachée, de chapelure, de persil et d’oignons. Il y a fort à parier que dans certains établissements de Liège, ville d’origine du plat, ce soit la seule spécialité que vous trouverez, rendant ainsi justice à son standing culinaire.

Traditionnellement servie avec des frites, de la mayonnaise et des crudités légèrement assaisonnées, la viande est mijotée dans une sauce aigre-douce à base de vinaigre, d’oignons, de sucre brun, de sirop de Liège et de raisins secs.

Carbonnade Flammande

Carbonnade flammande ; Crédit photo : Pinterest

Un ragoût flamand à base de bœuf ou de porc assaisonné de thym, de laurier, de moutarde et, évidemment, de bière belge. Le choix de la bière est primordial, car vous chercherez à extraire cette saveur aigre-douce. La Oud bruin (vieille bière brune), ou la rouge de Flandre forme donc un accord parfait. En accompagnement, vous voudrez vous en tenir au stoemp précité, aux frites belges ou aux pommes de terre bouillies.

Chicon au Gratin

Chicon au Gratin ; Crédit photo : Match s.a.

Vous cherchez d’autres moyens de surmonter ces pics de froid hivernal ? Un bonheur doux-amer vous attend avec ce duo de force composé d’endives braisées enroulées dans de douces tranches de jambon cuites au four, le tout recouvert d’une sauce Mornay et d’un peu de fromage râpé (de préférence du gruyère).

Waterzooi de Poulet

Waterzooi de Poulet ; Crédit photo : Fanfo

Ayant vu le jour dans la ville flamande de Gand au 16e siècle, le Waterzooi a traversé le temps de manière indiscutable. Bien que traditionnellement servi avec du poisson blanc, la variante au poulet semble continuellement attirer plus de partisans. Les pommes de terre et une épaisse tranche de pain sont bien considérées comme un bonus à la base réelle de légumes et à l’onctuosité prééminente de la soupe.

Choux de Bruxelles

Choux de Bruxelles ; Crédit photo : RitaE de

Cuits à la vapeur, bouillis, sautés, grillés, rôtis, marinés, sautés : un produit à tout faire dans son sens le plus pur. La variété des façons de cuisiner le germe est en outre renforcée par la gamme d’accompagnements apparemment illimitée qui harmonise sa saveur noisette et amère. Il peut s’agir de grattons de porc, de moutarde, de fromage et de jambon, de châtaigne, de sauce aigre-douce, etc. Les Belges ont choisi leur poison depuis que ces bourgeons ont été cultivés dans et autour du territoire belge dès le 5e siècle.

Moules Frites

Moules Frites ; Crédit photo : thefoodplace.co.uk

À ne pas confondre avec les “Muscles de Bruxelles”, les moules-frites sont un classique presque incontournable autour de la côte flamande. Servies sous différentes saveurs, les variantes les plus courantes sont les moules natures (cuites à la vapeur avec du céleri, du beurre et des poireaux), les moules marinières (échalotes, persil, beurre et vin blanc) les moules à la crème (épaissies avec de la crème et de la farine) ou même, quoi encore, les moules à la bière.

L’Américain

L’Américain ; Crédit photo : Visit Brussels

Bœuf haché qui ressemble à bien des égards au tartare français. Le Belge Américain diffère principalement par l’application de la mayonnaise comme ingrédient principal, ce qui donne à l’ensemble du plat une texture plus pâteuse. Pour épicer un peu le tout, des oignons finement hachés, de la sauce Worcester, des câpres et, surtout, des cornichons belges sont ajoutés au mélange. Comme on peut s’y attendre, une portion décente de frites belges complète le plat.

Mitraillette

Mitraillette ; Crédit photo : Trip Advisor

La mitraillette, “pistolet-mitrailleur”, ne figure très certainement pas dans la liste des 20 aliments les plus propices aux premiers rendez-vous. Populaire parmi les étudiants, la mitraillette est, sans ambages, une sorte de sandwich empilé avec des frites et des viandes frites. Ces dernières vont du steak aux saucisses et aux hamburgers, selon la friterie et/ou le café dans lequel vous vous trouvez, bien que la plupart des établissements proposent tout. Ajoutez-y des sauces populaires, comme l’andalouse, la mayonnaise, l’ail ou le ketchup au curry, et vous serez sûr de repousser de 24 heures supplémentaires votre visite bien intentionnée à la salle de sport.

Bicky Burger

Bicky Burger ; Crédit photo : Belga

Amoureux de la viande, voici. Vient la galette frite à base de poulet, de porc et de viande de cheval. En vérité, le Bicky Burger est originaire des Pays-Bas. Pourtant, depuis les années 1980, les Belges l’apprécient davantage que leurs homologues néerlandais. La sauce Bicky, largement acclamée, est en fait ce dont il s’agit : une fusion exquise, quelque peu pornesque, de moutarde, de concombres, d’oignons, de choux et de choux-fleurs. Les garnitures supplémentaires comprennent des cornichons, des oignons frits et de la sauce piquante si nécessaire.

Croquettes aux Crevettes Grises

Croquettes aux Crevettes Grises ; Crédit photo : Telepro

Le Crangon Crangon. Ce qui, de prime abord, peut sembler être un personnage secondaire loufoque de Star Trek est plus communément appelé crevette de baie, crevette de sable ou, selon la traduction française, crevette grise. Sa particularité réside dans le fait qu’elle est pêchée principalement dans le sud de la mer du Nord. Dès lors, vous ne trouverez guère de carte de restaurant le long de la côte flamande sur laquelle la croquette aux crevettes grises ne figure pas en bonne place.

Tomates Crevettes

Tomates Crevettes ; Crédit photo : Intermarché

Servie en plat principal avec des frites ou en entrée, la tomate crevette offre une alternative rafraîchissante aux plats plus consistants présentés jusqu’ici. La tomate crue est remplie d’une combinaison de crevettes (grises…évidemment), de mayonnaise, de persil, de jus de citron et de jus de tomate. Le dessus de la tomate sert simplement d’élément décoratif. Placez sur un lit de salade verte fraîche et voilà !

Gaufre de Liège

Gaufre de Liège

La gaufre de Liège. Un maillage inégalé d’intérieur moelleux et d’extérieur croustillant rendu encore plus irrésistible par ses grains de sucre caramélisé. D’une épaisseur caractéristique, sa texture duveteuse contraste impeccablement avec son extérieur craquant. Avec les boulets, c’est un must absolu lors d’un séjour à Liège.

Gaufre de Bruxelles

Gaufre de Bruxelles ; Crédit photo : Visit Brussels

La gaufre de Bruxelles ne diffère pas seulement en apparence de l’édition liégeoise. De forme rectangulaire uniforme, avec des trous plus profonds et des bords plus lisses, la première est également plus légère pour les papilles gustatives en raison de l’utilisation de blanc d’œuf et d’une fine pâte levée à la levure dans sa composition. L’ajout courant de crème fouettée ou de glace peut toutefois tempérer cette légèreté initiale bien intentionnée.

Le Merveilleux

Le Merveilleux ; Crédit photo : Grains de Sel

Dans un pays qui est largement considéré comme le cœur des affaires liées au chocolat dans le monde entier, on ne peut pas faire mieux. Le merveilleux est un gâteau qui a trouvé son chemin jusque dans certaines villes américaines. Des copeaux de chocolat sur un lit de crème fouettée constituent la garniture d’une base de meringues légères à double couche. Aérien dans son goût, une cerise confite peut être ajoutée principalement à des fins décoratives.

Cuberon

Cuberon ; Crédit photo : ONFOODANDWINE

Un bonbon gantois en forme de cône/nez qui donne à l’expression “frapper le point sensible” une toute nouvelle définition. Pourpre et aromatisée à la framboise à l’origine, l’intérieur gélatineux et gluant et l’extérieur un peu plus dur se déclinent désormais en plusieurs couleurs et goûts. Majoritairement inconnu du public non belge, le Cuberon, un sirop transformé de manière inattendue en bonbon du jour au lendemain lors d’une expérience ratée d’un pharmacien il y a 150 ans, réveille un sentiment de nostalgie et des souvenirs d’enfance chez de nombreux nationaux.

Pain Cramique

Pain Cramique ; Crédit photo : CuisineAZ

Voici donc une variante de la brioche riche et tendre, farcie de raisins secs et au caractère véritablement national. Elle est principalement consommée au petit-déjeuner et/ou à l’heure du thé. Les pâtes à tartiner les plus populaires sont le beurre, la confiture, le cacao et même le foie gras, auquel cas les tranches sont légèrement grillées. Le pain cramique est un véritable favori dans les foyers flamands, wallons et bruxellois. Vive la Belgique !

Café Liégeois

Café Liégeois ; Crédit photo : JACOBS DOUWE EGBERTS

En 1914, a eu lieu la bataille de Liège, qui aurait temporairement arrêté l’avancée des troupes allemandes en France. Dans un acte de gratitude et d’honneur envers la résilience liégeoise qui avait permis à l’armée française de se réorganiser, ce qui était autrefois connu sous le nom de café viennois fut rebaptisé café liégeois. Composé de café légèrement sucré, de crème fouettée et de glace au moka, il s’agit d’un exemple typique de “bombe calorique” ! Cruel, et pourtant si alléchant.

Matthew De Cae

Matthew est un fervent apprenant de langues (13 et plus), un musicien et un enthousiaste du développement personnel. Il a grandi dans un foyer belgo-britannique au Luxembourg et a vécu dans 12 pays européens au cours des 12 dernières années. Le terme “entrepreneuriat nomade” décrit le mieux sa capacité et son désir de s’adapter à tous les contextes socioculturels donnés et de trouver rapidement comment être utile aux autres.

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *