Livre d’Ezéchiel

Résumé du livre d’Ezéchiel

Ce résumé du livre d’Ezéchiel fournit des informations sur le titre, le ou les auteurs, la date de rédaction, la chronologie, le thème, la théologie, le plan, un bref aperçu et les chapitres du livre d’Ezéchiel.

Contexte

Ézéchiel a vécu à une époque de bouleversements internationaux. L’empire assyrien qui avait autrefois conquis la région syro-palestinienne et détruit le royaume d’Israël du Nord (tombé aux mains des Assyriens en 722-721 av. J.-C.) commençait à s’effriter sous les coups d’une Babylone renaissante. En 612, la grande ville assyrienne de Ninive tombe sous les coups d’une force combinée de Babyloniens et de Mèdes. Trois ans plus tard, le pharaon Neco II d’Égypte marcha vers le nord pour aider les Assyriens et tenter de réaffirmer l’influence séculaire de l’Égypte sur Canaan et Aram (Syrie). À Megiddo, le roi Josias de Juda, qui était peut-être un allié de Babylone comme l’avait été le roi Ézéchias, tenta d’intercepter les forces égyptiennes mais fut écrasé, perdant la vie dans la bataille (voir 2R 23, 29-30 ; 2Ch 35, 20-24).

Jéhoahaz, un fils de Josias, ne gouverna Juda que pendant trois mois, après quoi Néco installa Jehoïakim, un autre fils de Josias, comme son vassal royal à Jérusalem (609 av. J.-C.). En 605, les Babyloniens écrasent l’armée égyptienne à Carchemish (voir Jr 46,2), puis poussent vers le sud jusqu’à la plaine philistine. La même année, Nabuchodonosor est élevé au trône de Babylone et Jehoïakim lui fait allégeance. Lorsque, quelques années plus tard, les forces égyptiennes et babyloniennes se rencontrent dans une bataille sans enjeu, Jehoïakim se rebelle contre son nouveau suzerain.

Nébucadnetsar répond bientôt en envoyant une force contre Jérusalem, la soumettant en 597 av.c. Le fils de Jehoïakim, Jehoïachin, et environ 10 000 Juifs (voir 2Ki 24:14), dont Ézéchiel, sont exilés à Babylone, où ils rejoignent ceux qui avaient été exilés au cours de la ” troisième année ” de Jehoïakim (voir Da 1:1 et note). Nabuchodonosor plaça l’oncle de Jehoïakim, Sédécias, sur le trône de Jérusalem, mais au bout de cinq ou six ans, il se rebella lui aussi. Les Babyloniens assiègent Jérusalem en 588, et en juillet 586, les murs sont percés et la ville pillée. Le 14 août 586, la ville et le temple sont brûlés.

Sous Nabuchodonosor et ses successeurs, Babylone domine la scène internationale jusqu’à ce qu’elle soit écrasée par Cyrus le Perse en 539 avant Jésus-Christ. Le règne de la maison de David prend fin ; le royaume de Juda cesse d’être une nation indépendante ; Jérusalem et le temple du Seigneur sont en ruines.

Auteur

Ce que l’on sait d’Ézéchiel provient uniquement du livre qui porte son nom. Il faisait partie des Juifs exilés à Babylone par Nabuchodonosor en 597 av. J.-C., et c’est là, parmi les exilés, qu’il reçut son appel à devenir prophète (voir 1:1-3). Il était marié (voir 24:15-18), vivait dans une maison qui lui appartenait (voir 3:24 ; 8:1) et, avec ses compagnons d’exil, bien que confiné en Babylonie, y menait une existence relativement libre.

Il était d’une famille sacerdotale (voir la note du texte de la NIV sur 1:3) et était donc éligible pour servir comme prêtre. En tant que prêtre-prophète appelé à exercer son ministère auprès des exilés (séparés du temple du Seigneur avec son symbolisme, ses sacrifices, ses ministrations sacerdotales et ses rituels cultuels), son message avait beaucoup à voir avec le temple (voir en particulier les ch. 8 – 11 ; 40 – 48) et ses cérémonies.

Ezéchiel était manifestement un homme aux vastes connaissances, non seulement de ses propres traditions nationales mais aussi des affaires internationales et de l’histoire. Sa connaissance des questions générales de culture, de la construction navale à la littérature, est tout aussi étonnante. Il était doté d’un intellect puissant et était capable de saisir les grandes questions et de les traiter en images grandioses et convaincantes. Son style est souvent détaché, mais par endroits il est passionné et truculent (voir ch. 16 ; 23).

Plus que tout autre prophète (plus même qu’Osée et Jérémie), il était amené à s’impliquer personnellement dans la parole divine en la mettant en scène dans le symbolisme prophétique.

Occasion, but et résumé du contenu

Bien qu’Ézéchiel ait vécu avec ses compagnons d’exil à Babylone, son appel divin l’a obligé à supprimer toute attente naturelle qu’il aurait pu avoir d’un retour rapide dans une Jérusalem intacte. Pendant les sept premières années de son ministère (593-586 av. J.-C.), il a fidèlement transmis à ses compatriotes juifs la parole sévère, déchirante et anéantissante du jugement divin : À cause de tous ses péchés, Jérusalem tomberait (voir ch. 1 – 24). Le fait qu’Israël soit le peuple de l’alliance de Dieu et que Jérusalem soit la ville de son temple ne les fera pas sortir rapidement de l’exil et n’empêchera pas Jérusalem d’être détruite (voir Jr 29-30). Le seul espoir que le prophète était autorisé à offrir à ses auditeurs était celui de vivre en paix avec eux-mêmes et avec Dieu pendant leur exil.

Après avoir été informé par le Seigneur que Jérusalem était assiégée et qu’elle tomberait certainement (24, 1-14), Ézéchiel se voit annoncer que sa femme bien-aimée allait bientôt mourir. Le plaisir de ses yeux lui serait enlevé tout comme le temple, le plaisir des yeux d’Israël, lui serait enlevé. Il ne devait pas pleurer ouvertement sa femme, comme un signe pour son peuple de ne pas pleurer ouvertement Jérusalem (24:15-27). Il reçut ensuite l’ordre de prononcer une série de jugements sur les sept nations suivantes : Ammon, Moab, Édom, Philistie, Tyr, Sidon et Égypte (ch. 25 – 32). Le jour de la colère de Dieu allait bientôt arriver, mais pas sur Israël seulement.

Une fois la nouvelle reçue que Jérusalem était tombée, le message d’Ézéchiel s’est tourné vers la parole d’espoir consolante du Seigneur pour son peuple — il allait connaître un renouveau, une restauration et un avenir glorieux en tant que royaume de Dieu racheté et perfectionné dans le monde (ch. 33 – 48).

Date

Comme le livre d’Ézéchiel contient plus de dates que tout autre livre prophétique de l’AT, ses prophéties peuvent être datées avec une précision considérable. En outre, l’érudition moderne, en utilisant l’archéologie (annales babyloniennes sur tablettes cunéiformes) et l’astronomie (datation précise des éclipses mentionnées dans les archives anciennes), fournit des équivalents calendaires modernes précis.

Douze des 13 dates précisent les moments où Ézéchiel a reçu un message divin. L’autre est la date de l’arrivée du messager qui a rapporté la chute de Jérusalem (33:21).

Ayant reçu son appel en juillet 593 av. J.-C., Ezéchiel a été actif pendant 22 ans, son dernier oracle daté ayant été reçu en avril 571 (voir 29:17). Si la “trentième année” de 1:1 fait référence à l’âge d’Ézéchiel au moment de son appel, sa carrière prophétique a dépassé de deux ans la durée normale d’un service sacerdotal (voir Nu 4:3). Sa période d’activité coïncide avec l’heure la plus sombre de Jérusalem, précédant la destruction de 586 de 7 ans et la suivant de 15.

Thèmes

L’AT en général et les prophètes en particulier présupposent et enseignent la souveraineté de Dieu sur toute la création, sur les peuples et les nations et sur le cours de l’histoire. Et nulle part dans la Bible l’initiative et le contrôle de Dieu ne s’expriment de manière plus claire et omniprésente que dans le livre d’Ézéchiel. Depuis le premier chapitre, qui décrit graphiquement l’invasion écrasante de la présence divine dans le monde d’Ézéchiel, jusqu’à la dernière phrase de la vision d’Ézéchiel (” le Seigneur est là “), le livre sonne et fait écho à la souveraineté de Dieu.

Ce Dieu souverain a résolu qu’il serait connu et reconnu. Environ 65 occurrences de la clause (ou variantes) ” Alors ils sauront que je suis le Seigneur ” témoignent de ce désir et de cette intention divine (voir note sur 6,7). Dans l’ensemble, les ch. 1 à 24 enseignent que Dieu sera révélé dans la chute de Jérusalem et la destruction du temple ; les ch. 25 à 32 enseignent que les nations de même connaîtront Dieu par ses jugements ; et les ch. 33 à 48 promettent que Dieu sera connu par la restauration et le renouveau spirituel d’Israël.

La souveraineté totale de Dieu est également évidente dans sa mobilité. Il n’est pas limité au temple de Jérusalem. Il peut répondre au péché de son peuple en quittant son sanctuaire en Israël, et il peut condescendre gracieusement à visiter ses enfants exilés à Babylone.

Dieu est libre de juger, et il est tout aussi libre d’être gracieux. Ses jugements sévères sur Israël reflètent finalement sa grâce. Il permet le démembrement total de la vie politique et religieuse d’Israël afin que sa vie renouvelée et sa présence auprès de lui soient clairement perçues comme un don du Seigneur de l’univers.

De plus, en tant que porte-parole de Dieu, le statut de “fils de l’homme” d’Ezéchiel (voir la note sur 2:1) témoigne du Dieu souverain qu’il a été chargé de servir.

Caractéristiques littéraires

Les trois prophètes majeurs (Isaïe, Jérémie, Ezéchiel) et Sophonie ont tous la même séquence de base de messages : (1) oracles contre Israël, (2) oracles contre les nations, (3) consolation pour Israël. Dans aucun autre livre ce schéma n’est plus clair que dans Ézéchiel (voir Outline).

En plus de la clarté de la structure, le livre d’Ézéchiel révèle une symétrie. La vision du temple profané prêt à être détruit (ch. 8 – 11) est équilibrée par la vision du temple restauré et purifié (ch. 40 – 48). Le Dieu présenté dans sa colère agitée (ch. 1) est également montré comme un Dieu de réconfort (“le Seigneur est là”, 48:35). L’appel d’Ézéchiel à être une sentinelle annonçant le jugement divin (ch. 3) est contrebalancé par son appel à être une sentinelle annonçant le nouvel âge qui suivra (ch. 33). À un endroit (ch. 6), les montagnes d’Israël reçoivent une réprimande prophétique, mais à un autre (ch. 36), elles sont consolées.

Les livres prophétiques sont généralement largement poétiques, les prophètes ayant apparemment parlé dans des styles imaginatifs et rythmés. La majeure partie d’Ézéchiel, cependant, est en prose, peut-être en raison de son passé sacerdotal. Ses répétitions ont un effet de martelage inoubliable, et son orientation sacerdotale se traduit également par un type de phrase de type jurisprudentiel (comparez 3:19, “Si tu avertis les méchants . . .”, avec Ex 21:2, “Si tu achètes un serviteur hébreu… .

Le livre contient quatre grandes visions (ch. 1 – 3 ; 8 – 11 ; 37:1-14 ; 40 – 48) et 12 actes symboliques (3:22-26 ; 4:1-3 ; 4:4-8 ; 4:9-11 ; 4:12-14 ; 5:1-3 ; 12:1-16 ; 12:17-20 ; 21:6-7 ; 21:18-24 ; 24:15-24 ; 37:15-28). Cinq messages sont sous forme de paraboles (ch. 15 – 17 ; 19 ; 23).

Signification théologique

Les autres prophètes traitent largement de l’idolâtrie d’Israël, de sa corruption morale dans les affaires publiques et privées, et de ses intrigues et alliances internationales sur lesquelles il s’est appuyé au lieu du Seigneur. Ils annoncent le jugement imminent de Dieu sur sa nation rebelle mais parlent aussi d’une rédemption future : un nouvel exode, une nouvelle alliance, une Jérusalem restaurée, une dynastie davidique ressuscitée, une reconnaissance mondiale du Seigneur et de son Messie et une paix semblable à celle du paradis.

Les contours et l’ampleur du message d’Ézéchiel sont similaires, mais il se concentre uniquement sur Israël en tant que peuple saint du temple saint, de la ville sainte et de la terre sainte. En souillant son culte, Israël s’était rendu impur et avait souillé le temple, la ville et la terre. D’une telle souillure, Dieu ne pouvait que se retirer et juger son peuple par une destruction nationale.

Mais la fidélité de Dieu à son alliance et son désir de sauver étaient si grands qu’il ferait revivre son peuple une fois de plus, le paîtrait avec compassion, le purifierait de toutes ses souillures, le reconstituerait comme une expression parfaite de son royaume sous la main de ” David ” (34, 23-24), écraserait toutes les forces et les puissances dressées contre lui, déploierait sa gloire parmi les nations et rétablirait la gloire de sa présence dans la ville sainte.

Ezéchiel dépeint avec force la grandeur et la gloire du règne souverain de Dieu (voir Thèmes) et de sa sainteté, qu’il préserve jalousement. Le centre théologique du livre est le déroulement des desseins salvateurs de Dieu dans l’histoire du monde — depuis le moment où il doit se retirer de la souillure de son peuple de l’alliance jusqu’à l’aboutissement de son grand dessein de rédemption. Le message d’Ézéchiel, qui est finalement eschatologique, anticipe — voire exige — les œuvres futures de Dieu dans l’histoire proclamées par le NT.

Schéma

  • Oracles de jugement contre Israël (chs. 1-24)
    • Vision inaugurale d’Ezéchiel (chs. 1-3)
      1. Spectacle écrasant de la gloire du Seigneur (ch. 1)
      2. L’appel d’Ezéchiel à être prophète (2:1;3:15)
      3. La tâche d’Ezéchiel en tant que veilleur (3:16-21)
      4. Les restrictions du ministère prophétique d’Ezéchiel (3 :22-27)
    • Les actes symboliques mettant en scène le siège de Jérusalem (chs. 4-5)
      1. Le siège symbolique de Jérusalem par Ezéchiel (ch. 4)
      2. Le rasoir du jugement de Dieu à l’œuvre (ch. 5)
    • Oracles du jugement divin (ch. 6-7)
      1. Déchéance pour les montagnes d’Israël (ch. 6)
      2. La fin est arrivée sur la terre (ch. 7)
    • Corruption du temple et ses conséquences (ch. 8-11)
      1. Idolâtrie dans le temple (ch. 8)
      2. Jugement sur les idolâtres (ch. 9)
      3. La gloire de Dieu s’éloigne du temple (ch. 10)
      4. Le jugement certain de Dieu sur Jérusalem (11:1-14)
      5. Les exilés seront restaurés (11:15-21)
      6. Conclusion de la vision (11:22-25)
    • Ezéchiel symbolise l’exil de Jérusalem (ch. 12)
      1. Les bagages d’un exilé (12:1-16)
      2. Un repas angoissant (12:17-20)
      3. La proximité du jugement (12 :21-28)
    • Oracles concernant le jugement de Dieu sur Juda (13:1;24:14)
      1. Condamnation des faux prophètes (ch. 13)
      2. Condamnation des idolâtres (14:1-11)
      3. Aucun médiateur ne peut faire reculer le jugement de Dieu (14:12-23)
      4. Jérusalem comparée à un morceau de vigne brûlée (ch. 15)
      5. Jérusalem allégorisée comme une épouse adultère (ch. 16)
      6. Allégorie de deux aigles et d’une vigne (ch. 17)
      7. L’âme qui pèche mourra (ch. 18)
      8. Une complainte sur la chute des rois de Jérusalem (ch. 19)
      9. L’Israël apostat purgé et renouvelé par le jugement (20:1-44)
      10. Babylone, l’épée du jugement de Dieu (20:45;21:32)
      11. Les péchés pour lesquels Jérusalem est jugée (ch. 22)
      12. Jérusalem et Samarie allégorisées comme des sœurs adultères (ch. 23)
      13. Jérusalem cuite au feu (24, 1-14)
    • La mort de la femme d’Ezéchiel symbolise la chute de Jérusalem (24 :15-27)
  • Oracles de jugement contre les nations (ch. 25-32)
    • Une prophétie contre Ammon (25:1-7)
    • Une prophétie contre Moab (25:8-11)
    • Une prophétie contre Edom (25 :12-14)
    • Une prophétie contre Philistie (25, 15-17)
    • Une prophétie contre Tyr (26, 1 ; 28, 19)
      1. La destruction de Tyr annoncée (ch. 26)
      2. Une complainte sur Tyr (ch. 27)
      3. Une prophétie contre le roi de Tyr (28:1-19)
    • Une prophétie contre Sidon (28 :20-24)
      (Pour Israël, une restauration, 28:25-26)
    • Une prophétie contre l’Égypte (ch. 29-32)
      1. L’Egypte un monstre condamné (29:1-16)
      2. L’Egypte un paiement à Nabuchodonosor (29:17-21)
      3. Les lamentations sur l’Egypte (30:1-19)
      4. Les bras du pharaon sont brisés (30:20-26)
      5. Le pharaon un cèdre du Liban abattu (ch. 31)
      6. Lamentation sur le pharaon (32:1-16)
      7. Le pharaon consigné dans le royaume des morts (32:17-32)
  • Oracles de consolation pour Israël (ch. 33-48)
    • Renouvellement de l’appel d’Ezéchiel comme veilleur (33 :1-20)
    • La chute de Jérusalem rapportée et son reste condamné (33, 21-33)
    • Le Seigneur sera le berger d’Israël (ch. 34)
    • Une prophétie contre Edom (ch. 35)
    • La restauration complète d’Israël annoncée (ch. 36)
    • Les ossements secs d’Israël ressuscités et l’unité restaurée (ch. 37)
      1. Les ossements desséchés d’Israël rendus à la vie (37:1-14)
      2. De nouveau une seule nation sous un seul Roi (37:15-28)
    • La grande bataille des âges (ch. 38-39)
    • Le nouvel ordre pour Israël purifié (chs. 40-48)
      1. L’aire du temple restaurée (40:1-47)
      2. Le nouveau temple (40:48;42:20)
      3. La gloire de Dieu revient au temple (43:1-12)
      4. Restauration du grand autel (43:13-27)
      5. Restauration du sacerdoce (ch. 44)
      6. Restauration de l’ordre théocratique (ch. 45-46)
      7. Le fleuve de vie partant du temple (47:1-12)
      8. Les limites de la terre (47:13-23)
      9. La répartition de la terre (48:1-29)
      10. Les douze portes de la ville nouvelle (48:30-35)

.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *