Partenariat

Si votre entreprise sera détenue et exploitée par plusieurs personnes, vous voudrez examiner la possibilité de structurer votre entreprise sous forme de partenariat. Il existe deux types de sociétés de personnes : les sociétés en nom collectif et les sociétés en commandite. Dans une société en nom collectif, les associés gèrent la société et assument la responsabilité des dettes et autres obligations de la société. Une société en commandite a à la fois des commandités et des commanditaires. Les commandités possèdent et exploitent l’entreprise et assument la responsabilité de la société, tandis que les commanditaires servent uniquement d’investisseurs ; ils n’ont aucun contrôle sur l’entreprise et ne sont pas soumis aux mêmes responsabilités que les commandités.

Sauf si vous prévoyez d’avoir de nombreux investisseurs passifs, les sociétés en commandite ne sont généralement pas le meilleur choix pour une nouvelle entreprise en raison de tous les dépôts requis et des complexités administratives. Si vous avez deux partenaires ou plus qui veulent être activement impliqués, une société en nom collectif serait beaucoup plus facile à former.

L’un des principaux avantages d’une société en nom collectif est le traitement fiscal dont elle bénéficie. Une société de personnes ne paie pas d’impôt sur ses revenus mais “transmet” les bénéfices ou les pertes aux associés individuels. Au moment de l’imposition, la société doit remplir une déclaration d’impôt (formulaire 1065) qui fait état de ses revenus et de ses pertes à l’IRS. En outre,chaque associé déclare sa part de revenus et de pertes sur l’annexe K-1 du formulaire 1065.

La responsabilité personnelle est une préoccupation majeure si vous utilisez une société en nom collectif pour structurer votre entreprise. Comme les propriétaires uniques, les partenaires généraux sont personnellement responsables des obligations et des dettes de la société. Chaque associé général peut agir au nom de la société, contracter des prêts et prendre des décisions qui affecteront et lieront tous les associés (si le contrat de société le permet). N’oubliez pas que les sociétés de personnes sont également plus coûteuses à établir que les entreprises individuelles, car elles nécessitent davantage de services juridiques et comptables.

Si vous décidez d’organiser votre entreprise sous forme de société de personnes, veillez à rédiger un contrat de société qui détaille la façon dont les décisions commerciales sont prises, la façon dont les différends sont résolus et la façon de gérer un rachat. Vous serez heureux d’avoir cet accord si, pour une raison quelconque, vous rencontrez des difficultés avec l’un des partenaires ou si quelqu’un veut se retirer de l’arrangement.

L’accord doit aborder l’objectif de l’entreprise et l’autorité et la responsabilité de chaque partenaire. Il est judicieux de consulter un avocat expérimenté dans le domaine des petites entreprises pour obtenir de l’aide dans la rédaction de l’accord. Voici d’autres questions que vous voudrez que l’accord aborde:

  • Comment la participation à la propriété sera-t-elle partagée ? Il n’est pas nécessaire, par exemple, que deux propriétaires partagent également la propriété et l’autorité. Cependant, si vous décidez de le faire, assurez-vous que la proportion est clairement indiquée dans l’accord.
  • Comment les décisions seront-elles prises ? C’est une bonne idée d’établir des droits de vote au cas où un désaccord majeurarriverait. Lorsque seulement deux partenaires possèdent l’entreprise à parts égales, il y a la possibilité d’une impasse. Pour éviter cela, certaines entreprises prévoient à l’avance un troisième partenaire, un associé de confiance qui peut ne posséder qu’un pour cent de l’entreprise mais dont le vote peut briser une égalité.
  • Lorsqu’un partenaire se retire, comment le prix d’achat sera-t-il déterminé ? Une possibilité est de convenir d’un tiers neutre, comme votre banquier ou votre comptable, pour trouver un évaluateur qui déterminera le prix de la participation dans le partenariat.
  • Si un associé se retire du partenariat, quand l’argent sera-t-il versé ? Selon l’accord de partenariat, vous pouvez convenir que l’argent sera payé sur trois, cinq ou dix ans, avec des intérêts. Vous ne voulez pas être frappé par une crise de trésorerie si l’ensemble du prix doit être payé sur place en une seule fois.

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *